L'énergie houlomotrice

Derrière ce terme peu connu se cache une énergie encore trop peu exploitée : l’énergie des vagues. Cependant le Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN) a pour objectif 200 MW installés d’ici à 2020 et 1 000 MW en 2030

Fonctionnement

L’énergie houlomotrice consiste à tirer partie du mouvement des vagues, la houle. Lorsque le vent souffle sur la mer, des vagues se forment et transportent de l’énergie dite cinétique (énergie que possède un « corps » en mouvement). Ainsi lorsque la vague s’écrasera sur un obtacle (flottant ou sur le littoral), elle cèdera une partie de cette énergie cinétique utilisée ensuite pour produire de l’électricité.

Plusieurs technologies en cours de développement existent pour la production d’électricité à partir de la houle (images © Think up):

L’atténuateur – Sous l’effet des vagues l’ensemble articulé actionne des vérins, entrainant la rotation d’un moteur puis d’un générateur pour produire de l’électricité.

L’absorbeur – Une masse est suspendue à un penduel. Sous l’effet des vagues le pendule entraine la rotation du moteur puis du générateur pour produire de l’électricité.

La turbine à déferlement – Les vagues sont dirigées vers un réservoir légèrement surélevé, à l’aide de deux flotteurs latéraux et d’une rampe. Lorsque l’eau traverse le réservoir, elle actionne une turbine générant ainsi de l’électricité.

L’énergie de la houle n’est pas aussi mature que les autres énergies marines renouvelables existantes en France mais son potentiel reste le plus important de toutes, avec une exploitation essentiellement localisée sur là côte Atlantique.