Histoire

C’est notamment au cours de l’exposition universelle de 1878 à Paris qu’apparaissent les prémices des installations solaires à concentration telles que nous les connaissons aujourd’hui. Ce n’est qu’à la fin des années 1970 que de véritables projets pilotes de centrales solaires à concentration émergent aux États-Unis, en Russie, au Japon et en Europe. En quelques années de nombreuses centrales voient le jour, notamment dans le désert californien. Aujourd’hui les technologies du solaire à concentration ont nettement évolué et s’emploient à travers le monde dans des régions non seulement désertiques.

Capteurs Concentration ponctuelle Concentration linéaire
Fixes Centrales à tour Collecteurs Fresnel linéaires
solaire-thermodynamique-tour solaire-thermodynamique-fresnel
Mobiles (suivent la course du soleil) Collecteurs paraboliques Collecteurs cylindro-paraboliques
solaire-thermodynamique-parabolique solaire-thermodynamique-cylindro-parabolique

Fonctionnement

L’énergie solaire thermodynamique (aussi appelée solaire à concentration) consiste à concentrer l’énergie solaire en une zone ou point précis afin de chauffer un fluide (eau, vapeur ou huile thermique) à très haute température (jusqu’à 600°C). Ce fluide sera ensuite transporté pour ainsi produire de l’électricité ou de chaleur pour des procress industriels.

On distingue quatre types de systèmes de concentration solaire :

Les panneaux captant le rayonnement solaire sont totalement différents des panneaux solaires utilisés pour le solaire photovoltaïque ou encore thermique. Ici des miroirs, dont la forme varie selon le type de concentration (ponctuelle ou linéaire), concentreront les rayons du soleil vers un récepteur (zone ou point précis).

Lorsque l’installation est destinée à produire de l’électricité, son rendement peut être 30% supérieur à celui d’une installation solaire photovoltaïque.

Quelles perspectives en France ?

En 2016, le parc français comptait une puissance totale de 1,01 MW.  Les installations tendent à fortement se augmenter dans les années à venir.

Cependant la France n’a pas établi d’objectifs à cette filière mais l’enjeu principal est d’exporter les technologies françaises à l’international.