Eolien terrestre

Histoire

En 1888, à Cleveland l’ingénieur Charles Brush parvient à alimenter en électricité sa résidence en faisant fonctionner un moulin en bois. Le défaut majeur de l’innovation de celui-ci est la quantité de pales fixées (144 pales)  montées sur un axe vertical. De plus le moulin ne produisaient que 12 kW, la faute à une rotation trop lente.

Au Danemark, trois ans après la création de Brush, Poul La Cour tire rapidement les leçons de son homologue américain. En 1891, son prototype qu’il bâti sur le terrain de l’école d’Askov possède un plus petit nombre de pales afin de tourner plus vite et de produire davantage d’électricité. Son éolienne à rotation rapide, la première dite « industrielle », est un succès. En 1918, dix ans après sa mort, 3 % de l’énergie produite au Danemark provient déjà de l’éolien.

Quel est le fonctionnement ?

Tout d’abord il faut savoir qu’une éolienne est composée de 4 parties :

  • Le mât
  • L’hélice
  • La nacelle qui contient l’alternateur producteur d’électricité
  • Les lignes électriques qui évacuent et transportent l’énergie électrique

Pour démarrer, une éolienne nécessite une vitesse de vent minimale d’environ 10 à 15 km/h, la vitesse optimale étant de 50km/h et sa vitesse limite est 90km/h

L’hélice entraîne un axe qui est relié à un alternateur.

Ensuite grâce à l’énergie fournie par la rotation de l’axe, l’alternateur produit un courant électrique alternatif.

Enfin un transformateur qui se trouve à l’intérieur du mât rehausse la tension du courant électrique produit par l’alternateur pour qu’il soit plus facilement transporté dans le réseau électriques.

La puissance produites par les éoliennes terrestres et l’énergie qui en découle est cependant moindre que l’énergie produite par l’éolienne offshore. La production d’électricité est donc un peu moins importante.

Les parcs éoliens terrestre sont cependant plus nombreux que ceux positionnés en haute mer, où le vent arrive avec une vitesse plus élevée et plus puissante  car aucune barrière ne se met en travers de son chemin.

Les éoliennes terrestre ou offshore sont une source non négligeable d’énergie renouvelable. Cela reste bien entendu une clé de demain dans la transition énergétique et la production d’électricité verte. 

Quel est le coût ?

Le prix des éoliennes terrestre (onshore) est très variable :

Pour une éolienne Onshore dite domestique (jusqu’à 100 Kw) le coût moyen est d’environ 5 500 euros /Kw avec un coût d’installation pouvant aller jusqu’à plus de 80 000 euros. Il est bon  de savoir que pour alimenter une belle et grande maison une éolienne de 10 Kw peut suffire.

De nombreuses aides gouvernementales peuvent exister afin de réduire ces coûts et inciter les foyers à opter pour ce type d’énergie.

En ce qui concerne les coûts pour des éoliennes classiques, celles que nous pouvons retrouver dans les parcs éoliens, c’est une autre histoire.

Elles nécessitent un budget conséquent.

Le budget nécéssaire va dépendre : de la taille du parc éolien, de la puissance  générée, des frais de R&D, des frais de constructions, des frais d’entretiens et bien entendu des divers éléments indispensable à sa construction. Il faut également prendre en compte les diverses taxes et éléments externes qui auront une influence sur le coût final du projet.

De nos jours, le coût d’une éolienne terrestre est estimé à environ 3,5 millions d’euros. Donc pour un parc éolien d’une dizaine d’éoliennes le projet peut vite se chiffrer en plusieurs dizaines de millions d’euros.